La Commission lexicale

 
MicheleGingras
Michèle Gingras
Directrice
Membre du comité de rédaction
michele.gingras@fqcsf.qc.ca

Les dessous de la conception de l'ODS 7

 

Lors des Championnats du monde à Louvain-la-Neuve, les scrabbleurs ont pu assister au lancement officiel de l’ouvrage, suivi d’un cocktail offert par Larousse. Comme je l’ai fait à chaque nouvelle édition, je vous présente notre nouvel ODS, qui sera disponible au Québec cet automne.

Chaque nouvelle parution fait beaucoup jaser. Lorsqu’on me parle de l’ODS, on me pose essentiellement deux questions :

  • Pourquoi tel mot n'est-il pas  accepté ?
  • Pourquoi tel mot est-il accepté ?

Chaque scrabbleur voudrait y voir tous les mots qu’il connaît bien, surtout ceux qui lui ont valu zéro. Et il conteste la présence du mot qu’il ne connaît pas, qu’il a raté, qu’il n’aime pas.

 

L’ODS en est déjà à sa 7e édition

ODS7

Découvrez les grandes nouveautés

L’histoire

Avant 1990, c’est le Petit Larousse Illustré (PLI) qui était la seule référence pour la validité des mots. On n’utilisait pas d’ordinateur et les arbitres devaient vérifier toutes les solutions proposées par les joueurs dans un « vrai » dictionnaire… oui, oui, en papier, en tournant les pages. Si un mot joué n’était pas dans le Larousse de l’année, il fallait aussi consulter un « additif » qui listait tous les mots apparus ou disparus depuis 1981.

C’est vers 1987 que Jean Zengers, alors président de la Fédération internationale de Scrabble francophone (FISF), a eu l’idée géniale de publier un dictionnaire officiel du Scrabble. Un seul ouvrage, arbitre officiel de nos compétitions, publié tous les quatre ans et qui suivrait l’évolution des principaux dictionnaires, tout en étant soumis à des règles strictes quant au choix des mots. Larousse a accepté de le publier et de confier la responsabilité des travaux de rédaction à la FISF, sous la direction d’Yvon Duval. Jean et Yvon n’auraient jamais cru, à cette époque, que l’ODS deviendrait le troisième meilleur vendeur des éditions Larousse, après le Petit Larousse Illustré (PLI) et le Larousse de la médecine.

 

Le Comité de rédaction de l’ODS 7

Président : Florian Lévy (France)
Membres : Yvon DUVAL et Olivier PAPLEUX (Belgique), Hervé BOHBOT, Michel CHARLEMAGNE, Christophe LEGUAY et Luc MAURIN (France), Benoit DELAFONTAINE et Francis Antoine NIQUILLE (Suisse), Jean-Gilles OYONE (Gabon) et Michèle GINGRAS (Québec).

 

Les nouveautés de l’ODS 7

Environ 1,500 nouvelles entrées de 3 à 15 lettres (pas de nouveau mot de 2 lettres cette fois);

200 nouvelles variantes;

1,200 définitions remaniées;

3 entrées supprimées;

2 revenants.

 

D’où viennent donc ces nouveautés?

 

Les nouvelles entrées

Environ 1,200 des mots nouveaux (près de 80 %) viennent du Petit Larousse Illustré (PLI) et de deux autres dictionnaires de grande diffusion.

Larousse étant notre éditeur, il est normal que le PLI ait été choisi comme base de l’ODS. Depuis toujours, nous acceptons automatiquement toutes les nouvelles entrées des 4 années qui sé- parent deux éditions de l’ODS : le Comité de rédaction ne fait pas de sélection.

Un deuxième dictionnaire bien connu est aussi repris intégralement, ceci depuis l’ODS 2. On ne le nomme pas à la demande de notre éditeur, mais sachez que son titre comporte un prénom!

Le choix des mots du troisième dictionnaire (son nom fait référence à un petit outil permettant d’abattre des arbres) est soumis à des règles plus restrictives.

Ce qui est étonnant, c’est que lorsque les scrabbleurs contestent la présence d’un mot (souvent un anglicisme, un mot étranger, un néologisme, un terme d’argot ou même un québécisme de mauvais aloi), il provient presque toujours de ces dictionnaires et n’a donc pas été choisi par les membres du comité. Nous n’avons aucun droit de regard sur les choix des lexicographes professionnels engagés par les maisons d’édition.

 

Les nouvelles variantes

Ces nouveautés sont essentiellement des modifications, nouvellement attestées dans nos dictionnaires, relatives à la variabilité (mots anciennement invariables qui sont maintenant variables) , au genre (nouveaux féminins ou masculins), à la transitivité (nouveau sens qui rend un verbe transitif) ou aux formes conjuguées.

120 nouveaux féminins de noms de métiers, comme ARMATRICE, ARMURIÈRE, ASSUREUSE, etc; de nouvelles formes conjuguées pour CHOIR, DÉCHOIR, ÉCHOIR, FOUTRE, OUÏR, REPLEUVOIR.

 

Les définitions remaniées

Plusieurs raisons peuvent justifier la réécriture des définitions. Il ne s’agit parfois que de gagner une ligne, mais habituellement les nouvelles définitions viennent préciser le sens, justifier la transitivité, etc.

 

Les entrées supprimées et les revenants

En principe, un mot qui disparaît d’un dictionnaire n’est pas retiré de l’ODS, sauf si la suppression est justifiée par une erreur d’orthographe et un retrait du dictionnaire d’origine (AFFICIONADO avec deux F) ou par une contestation (parfois accompagnée d’une menace de poursuite) des détenteurs d’un nom déposé (ONGLERIE, ZODIAC).

La maison Morand, qui s’était déjà opposée à la présence de WILLIAMINE, est revenue sur sa décision. La graphie GARDIANNE, retirée après l’ODS 1, est revenue dans les dictionnaires.

 

Le module de proposition

Depuis janvier 2009, un module de proposition de nouveaux mots, sur le site de la FISF, permet aux scrabbleurs de suggérer des mots, à la condition qu’ils puissent fournir des attestations fiables. Parmi plusieurs milliers de suggestions, le Comité de rédaction était autorisé à en choisir 300 pour l’ODS 7 (il s’est avéré que plusieurs des mots retenus étaient déjà entrés dans les dictionnaires de base.

Comment faisons-nous cette analyse des mots suggérés par les lecteurs? Nous les vérifions, un par un, dans plusieurs dizaines de dictionnaires, ouvrages spécialisés ou banques de terminologie. Notre système de classification attribue des points pour chaque attestation. Plus un mot est attesté, plus il a de chances d’être choisi. La présence sur plusieurs dizaines de milliers de pages web peut aussi donner des points. Même s’il reste un peu de subjectivité parce que le choix final s’effectue par vote, c’est la pertinence de l’ajout du mot qui prime, en considérant le nombre et la fiabilité de ses attestations. Le choix n’est jamais fait pour plaire à une catégorie de scrabbleurs, et encore moins parce qu’il contient ou non des lettres chères.

Un nouveau module accueillera vos propositions pour l’ODS 8. Il sera disponible sur le site de la FISF : http://www.fisf.net.

 

Les dossiers thématiques

Un peu moins de 300 mots ont été retenus à la suite d’études effectuées par les membres du comité eux-mêmes, dans le vocabulaire propre à plusieurs domaines de connaissance : gastronomie, vins, fromages, médecine, zoologie, botanique, chimie, informatique, musique, sport, gentilés, réforme de l’orthographe, etc.

 

Quelques nouveaux québécismes

La plupart des nouveaux québécismes viennent des dictionnaires incontournables. Le Comité de rédaction n’a donc eu aucune possibilité de choix : il fallait les accepter. J’entends déjà vos protestations pour ICITTE. Je suis aussi outrée que vous, mais les règles sont les règles : puisque ce mot a fait son apparition dans le PLI 2015, il fallait l’accepter.

Vous trouverez aussi BAVARDOIR, CHIALAGE, CHIALEUX, EMMIEUTER, ÉVACHER, GARNOTTE, GUÉDILLE, JELLO, NONO (NONOTE), TRAÎNEUX, tous issus du PLI ou de l’autre dictionnaire très connu.

Quelques nouveaux gentilés québécois s’ajoutent, les villes correspondantes rencontrant maintenant les conditions d’acceptation : nombre d’habitants, statut politique, géographique ou autre. Vous pourrez maintenant jouer ALMATOIS, BROSSARDOIS, EUSTACHOIS, GRANBYEN, MIRABELLOIS, SORELOIS, VALDORIEN, VICTORIAVILLOIS. Imaginez que VICTORIA (ancienne voiture) soit déjà sur la grille et qu’un tirage vous donne ILLOISV. Vous pourriez jouer VICTORIAVILLOIS! Malheureusement, ce mot ne sera pas admis lors des fêtes du 35e anniversaire de la Fédé.

 

Le mode d’emploi

La version papier de l’ODS contient un mode d’emploi qui mérite d’être lu et relu. On y trouve entre autres toutes les explications permettant l’interprétation de l’ouvrage (butoir pour l’invariabilité, définitions, phonétique , etc.

 

Les définitions

Afin de conserver un format et une épaisseur raisonnables, l’ODS ne peut se permettre de définir tous les mots. Ainsi, les mots du vocabulaire courant ne sont pas définis.

Il faut aussi savoir que, si un mot n’est pas défini, c’est peut-être que sa définition se déduit de celle du mot qui précède ou qui suit. Vous trouverez par exemple la définition du verbe ACCOUVER : Faire éclore (des œufs) en couveuse artificielle. Vous déduirez facilement le sens de l’ACCOUVAGE et de l’ACCOUVEUR, EUSE.

 

Le travail du Comité de rédaction

Les tâches du Comité de rédaction de l’ODS sont très variées. Il faut bien sûr lire les nouvelles éditions de nos dictionnaires de base pour y repérer les nouveaux mots et les éventuelles modifications (un verbe jadis intransitif qui a un nouveau sens transitif, un mot anciennement invariable qui a maintenant un pluriel, etc.). Il faut faire les recherches lexicographiques. Il faut formuler des définitions courtes pour les mots nouveaux, en remanier d’autres pour une meilleure compréhension. Ce ne sont que quelques exemples de notre boulot qui demande des centaines d’heures, mais qui est toujours aussi fascinant.

Je suis toujours passionnée par ce travail et j’ai encore le feu sacré. J’ai donc accepté de travailler à la rédaction de l’ODS 8.

Lors de prochaines chroniques, je reprendrai certains éléments de celle-ci, afin de préciser les critères de choix, la provenance de certains mots, l’utilisation adéquate de l’ODS (en version papier ou DupliTop) pour l’arbitrage, etc.